Comment la société contrôle-elle nos émotions ?

Ceci est une ressource. Par TES 1 / Lycée Rosa Parks / Neuville sur saône

Projet : Le bureau des idées / Mode d'emploi lycées


defaut-thumbnail

Selon la définition officielle de l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), « la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou décrite dans ces termes »

Il existe deux types de douleurs d’après la définition préalablement exposée : la douleur sensorielle et la douleur émotionnelle.

La douleur sensorielle est  un ressenti physique chez un individu qui vient casser son équilibre en le poussant à résoudre cette douleur afin de retrouver un état stable. En d’autres termes si un sportif venait à se casser la jambe, il aurait alors une douleur insupportable et ne pourrait plus rien faire tant que cette douleur n’est pas soulagée.

La douleur émotionnelle : beaucoup moins concrète, elle possède en réalité les mêmes caractéristiques que la douleur sensorielle ; elle empêche l’individu de se sentir bien et l’empêche donc d’être dans un état stable.

Quel lien avec les propos de L. de Sutter Gettin’up” (p. 147-149) ?

Dans cet extrait de l’Epilogue, l’auteur nous montre deux individus venant de mettre au point une technique d’assistance à la chirurgie (soit la douleur sensorielle) : l’anesthésie. Il nous est donc décrit que celle-ci sort le malade de son état de douleur le transformant en sujet pour l’opération et permettant de le manipuler sans problème. Il nous est donc dit que l’individu subit une “ablation” de son excitation c’est alors la création de l’anexcitation.

Qu’en est-il de la maitrise de la douleur sensorielle ? Dans l’extrait de texte, il est en effet fait un parallèle avec le contrôle des masses orchestré par l’état. Tout comme l’anesthésie il est dit que <Il fallait que les foules devinssent matière pour que l’on pût oublier qu’elles possédaient une âme>. Il est alors question de savoir quelle forme ou manière d’anesthésie fallait t-il employer sur la douleur émotionnelle.

Dans un premier temps nous nous intéresserons à la consommation d’antibiotiques et d’anxiolytiques. En effet, d’après le journal Libération, et selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, le marché pharmaceutique a été multiplié par 3 entre 1990 et 2017 en France. Plaçant la France comme le troisième pays le plus consommateur au monde.

Si on considère ces statistiques, on voit bien que ce sont les pays développés qui sont les plus grands consommateurs de médicaments antidépresseurs. Nous pouvons alors nous demander ; pourquoi ? Dans un modèle économique poussé vers la croissance incessante et inhumaine, <les foules>, ne tenant plus la pression, sont alors invitées à  se tourner ”vers un anesthésiant qui permettra de les exploiter en contenant la douleur sans véritablement la soigner.

Sur un modèle quelque peu différent, on peut voir l’arrivée d’internet et des réseaux sociaux qui agissent en double fonction. Tout d’abord comme de véritables déversoirs à émotions et également comme <donneurs de rêves>. Ce que j’appelle ainsi peut très bien être représenté par des influenceurs qui viennent boosté le moral des masses en leur donnant un modèle de réussite vers lequel tendre, mais encore plus couramment les congés des travailleurs qui leur donnent un objectif à tenir qui leur permet de contrôler leurs émotions d’une certaine manière sans vraiment venir à les traiter et les comprendre.

Nous comprenons donc que la maitrise de la douleur par la société se fait en grande partie dans l’inconscient des individus, qui, pris dans un élan de croissance imposée par la société, sont renvoyés à l’image que, s’ils n’arrivent pas à contrôler leurs émotions et à bien faire, c’est alors leur faute et ainsi déshumanisent leurs citoyens par des injonctions paradoxales.

Origine de la ressource :
Réf. bibliographique

https://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Emotions/Articles-et-Dossiers/Est-il-possible-de-maitriser-ses-emotions

https://www.liberation.fr/checknews/2019/07/29/la-france-fait-elle-partie-des-plus-gros-consommateurs-de-medicaments-dans-le-monde_1740068

 

Article lié :
L’émotion : véritable enjeu individuel et collectif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser HTMl pour enrichir vos commentaires HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>