Nous voulons (ne pas) parler de Noémi Lefebvre

Projet : L'œil des étudiants



Parlons de Parle de Noémi Lefebvre
,

par Sam Racheboeuf
(doctorant à l’Université Grenoble-Alpes)

 

 

—  Nous ne sommes pas lefebvriens

—  Bien que pas non plus anti-lefebvriens

—  Les lefebvriens ne sont pas des amis

—  Loin de là, même

—  Quoique

—  Nous nous définissons plutôt comme post-lefebvriens

—  Bien que nous n’ayons pas tout compris de Lefebvre

—  Même si nous avons quelques bases

—  Nous aspirons en effet à une certaine culture

—  Alors nous avons lu Lefebvre

—  Que nous avons essayé de comprendre

—  Avec les moyens du bord

—  Avec beaucoup de prudence

—  Et pas mal d’inquiétude

—  Et de déception sans doute

—  Et nous n’y pouvons rien

—  Nous ne comprenons pas

—  Et nous sommes fatigués

—  Parce que ça nous dépasse

—  Même si ce n’est pas notre faute

—  En effet, putain

—  Ça demande du travail

—  Du mouron jour et nuit

—  Nous fûmes par moment carrément défaillants

—  Pour des raisons indépendantes de notre volonté

—  Car nous avons des failles

—  Dont nous sommes conscients

—  Bien que nous soyons attentifs à l’usage du langage

—  Bien que ce soit beau aussi

—  Et même littéraire

—  Car nous aimons la littérature

—  Eh oui

—  Nous ne sommes pas indifférents à la poésie

—  Mais légère

—  Ce qui n’a rien à voir

—  Dieu merci

—  Nous n’avons pas tout compris dans Lefebvre mais nous apprécions sa façon de réduire la voix de l’innommable à sa simple expression

—  Par exemple

—  Entre autres choses

—  Mais plus nous y pensons moins nous avons d’idée

—  Or nous sommes bien obligés d’y penser

—  Mais pour quoi faire en fait ?

—  Nous pourrions nous en passer

—  Nous ne voulons pas dire du mal de Lefebvre

—  Que nous ne connaissons pas

—  Que nous avons lu en battant la campagne

—  Que nous comprenâmes

—  Et comprîmes aussi

—  Mais bon

—  Il y a des sujets plus importants quand même

—  Alors nous évitons d’en parler

—  Mais nous nous y plions car nous n’y pouvons rien

—  C’est dire que nous sommes un peu tendus

—  Toutes ces choses nous travaillent

—  Mais nous ne voulons pas pour autant nous faire remarquer

—  Nous ne savons pas ce qui fait la valeur

—  Nous n’en savons rien

—  Mais nous y pensons peu parce que ça nous déprime

—  Nous parlons de Lefebvre, mais la connaissons-nous ?

—  De quel droit, en effet

—  Car qui sommes-nous

—  C’est trop facile de critiquer alors qu’on a le droit

—  Étant donné que nous n’avons rien fait

—  C’est peut-être aussi un petit peu cruel

—  Et nous n’avons pas d’autre idée à proposer

—  C’est clair

—  Mais nous n’aimons pas ça

—  Non non non, nous n’aimons pas du tout

—  C’est ce que nous nous sommes dit, que nous étions déprimés par Lefebvre et Parle

—  Dont nous pourrions décrire toute l’architecture

—  Mais nous n’allons pas parler de Parle, putain

—  Personne ici n’a envie d’en parler

—  Nous nous posons néanmoins des questions

—  Nous pouvons faire aussi des petites blagues

—  C’est la démocratie

—  Comme disait Lefebvre

—  À moins que ce ne soit n’importe quel couillon

—  Serait-ce un manque de volonté ou carrément du foutage de gueule ?

—  Ce serait dégueulasse

—  Moralement, en tout cas

—  De fait nous sommes toujours un peu limite

—  Alors que nous nous en foutons au fond

—  C’est pourquoi un petit grognement pourrait nous suffire

—  Mais nous ne l’avons pas fait

—  C’était trop cruel

—  Et nous ne le ferons pas

—  Alors que nous sommes contre

—  Contre Lefebvre, putain

—  Au fond qui a lu Lefebvre

—  À part quelques lefebvriens

—  Et Lefebvre forcément, même si c’est pas sa faute

—  Même nous, en fait

—  Nous avons lu Lefebvre mais nous n’en sommes pas sûrs

—  D’ailleurs nous n’en avons pas beaucoup de souvenirs

—  C’est ce qui nous a troublé

—  Il faut dire que ça nous dépassait

—  Il faut dire que c’est souvent écrit en tout petit

—  Nous nous démérdâmes surtout comme nous pouvâmes, en fait

—  Nous ne sommes pas lefebvriens mais nous connaissons bien ce pays de Parle

—  Que nous critiquons

—  Dont nous avions espéré être débarrassés

—  Non non non, nous n’y retournerons pas

—  Nous en avons encore le souvenir cuisant

—  C’est une chose que nous ne pourrions pas supporter

—  Ça nous angoisserait

—  Nous tomberions peut-être dans l’alcool

—  Ce qui nous semble un peu extrême, mais bon

—  Nous n’avons pas dormi

—  Nous y avons réfléchi dans la nuit et nous nous sommes dit que nous avions envie d’aimer Parle quand même

—  Preuve de l’indulgence qui nous caractérise

—  Est-ce par amour pour Lefebvre ?

—  En croyant bien faire ?

—  Ou encore autre chose ?

—  Comment le savoir

—  Nous ne saurions pas dire

—  Nous ne savons pas pourquoi

—  Nous n’en savons rien

—  Et ne voulons pas le savoir

—  L’eau a coulé sous les ponts

—  Nous en étions là

—  On y revient toujours

—  Presque toujours en fait

—  Nous n’avons plus d’idée

—  Comme nous l’avons déjà dit

—  Mais il faut se tirer à un moment donné

—  On l’oublie trop souvent à cause de Lefebvre

—  À laquelle nous échappons heureusement

—  Car nous avons besoin de rêver, nous aussi

—  C’est pour laisser place à des choses nouvelles

—  Et les laisser aux autres

 

 

Par Sam Racheboeuf
(Doctorant à l’Université Grenoble-Alpes)

 

One thought on “Nous voulons (ne pas) parler de Noémi Lefebvre”

  • Noémi Lefebvre says:

    Excellent et très drôle !

    C’est racheboeufien ou quoi ?
    Un tel plagiat en doctorat de Lettres, sans en faire une histoire, ce serait un peu fort de café…

    Merci Sam,
    Noémi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser HTMl pour enrichir vos commentaires HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>