La délinquance en fonction des classes sociales

Ceci est une ressource. Par Terminales ES 2 / Lycée Marie Reynoard / Villard-Bonnot

Projet : Le bureau des idées / Mode d'emploi lycées


La délinquance en fonction des classes sociales.

     Délinquance

La délinquance est un ensemble de délits, infractions ou crimes commis, passible d’un jugement, d’une peine de prison ou d’une amende.

 

  • Le trouble de l’adolescence :

A l’adolescence les jeunes peuvent changent physiquement et psychologiquement. On constate pour certains individus que pour cette période des comportements violents, une agressivité et un besoin multiplié de s’affirmer se fait ressentir.

 

  • Les problèmes familiaux :

Les jeunes qui ont des familles instables (divorce, problème d’argent…) ont un besoin d’être écouté, et de se faire entendre. Mais si cela ne se fait pas, ces jeunes peuvent se tourner vers des actes de délinquance, par choix ou par nécessité, comme par exemple la vente de drogue pour les jeunes ayant des problèmes d’argent.

 

  • Les influences sociales :

Certains films, types de musique, vidéos, peuvent promouvoir une incitation à la haine se traduisant par la délinquance.

 

  • Le groupe d’amis :

Les amis sont liés au comportement des jeunes , un jeune commet rarement un délit seul. Il peut être influencé par ses groupes de paires ou ses amis proches.

 

  • L’éducation

Des mauvaises notes à l’école et le manque de soutien scolaire (parents, professeurs particuliers), peut être décourageant pour l’élève, qui risque de baisser son intérêt pour l’école et amener à la délinquance.

Exemple de chiffre de la délinquance dans la commune de Paris entre 2018 et 2019.

      

     Classe sociale

Beaucoup de personnes pense que la délinquance est en fonction de la classe sociale, notamment les plus défavorisées. Mais Bruno Aubusson et Thierry Godefroy ont démontrés depuis longtemps l’existence de deux types de délinquance : classe populaire (vol,violence,trouble à l’ordre public etc…) et celle des catégories plus aisées « classe professionnelle » (infraction financière , fiscale etc.. ). Cependant la délinquance dans les classes sociales défavorisées est plus élevé car ils ont plus de difficultés d’accès aux biens et à certains modes de vie.

Certaines pensent que la délinquance des jeunes est due à un sentiment de colère et le faite que les jeunes soit moins écoutés par la société comme le démontre François Dubel « révolte populaire qui s’enfle avec le crime » à cause sans doute d’un manque de travail comme le prouve hypothèse de François «Lorsqu’il existe une conscience de classe ouvrier, la délinquance des jeunes reste limitée à l’expression d’une sous culture et à celle de la frustrations; lorsque cette conscience est absente et que la domination vécue n’a pas de sens, les jeunes sont remplis de rage et cela pousse à faire des actes de délinquance ».

 

https://www.lagazettedescommunes.com/wp-content/uploads/ONPVSecurite_graphe3.jpg

Comme nous montre le graphique de l’Insee, la délinquance est plus présente dans les zones urbaines sensibles. En effet, en 2014 et 2015, le taux de phénomènes de consommation ou de trafic de drogue est de 38,7% dans les ZUS contre 20,5% dans les autres quartiers soit une différence de 18,2 points de pourcentages. De même pour les destruction ou dégradations volontaires de voiture (15,1% pour les ZUS et 11,7% pour les autres), et les vols de deux roues (11,3% pour les ZUS et 6,6% pour les autres). Ainsi, la délinquance est plus présente dans les zones sensibles avec un niveau de vie moins élevé.

 

 

Pour les plus riches, la délinquance est différente.

http://inegalites.be/IMG/jpg/comparaison.jpg

Comme le montre ce graphique, la fraude chez les plus démunies est assez basse (fraude de cotisation et d’allocations) avec environ  247 millions d’euros de fraude, tandis que chez les plus riches la fraude fiscale est beaucoup plus importante. En effet, elle ce situe plus vers 3,4 milliard d’euros. Cette forte différence s’explique par la condition sociale des individus, il n’y a eu que 756 condamnations en 2012 pour 3,4 milliard d’euro détourné. La fraude fiscale est donc plus élevée en terme de coût chez les classes sociale élevées que démunies, mais ils restent tout de même moins nombreux.

 

 

Paris : l’inquiétante flambée des actes de délinquance

 

 

Tableau ISF : https://www.journaldunet.com/economie/magazine/1097263-les-riches-a-paris-arrondissement-par-arrondissement/1097285-classement

Comme le montre la carte du journal Le Parisien (nous nous préoccupons que de la carte sur la délinquance) , l’évolution du nombre de la délinquance a fortement augmenté dans le 1er, le 2eme, 3eme, 4eme et 5eme arrondissement ont connu une forte augmentation entre 2018 et 2019, allant de 21,9% à 29,5%. Les 4 premiers arrondissements sont dans le top 5 des arrondissements où le nombre d’habitant touchant l’ISF est le plus bas. Alors que le 15eme et le 17eme arrondissements, là ou le nombres d’habitant touchant l’ISF est le plus important, la délinquance n’a augmenté que de 5,5% à 7,1%.

La délinquance chez les jeunes est aussi due à leur classe sociale, mais elle existe cependant dans toutes les différentes classes. La délinquance reste tout de même plus importante dans les classes défavorisées car ils ont un sentiment de défiance et/ou révolte contre la société et peuvent avoir un sentiment de “jalousie” envers les classes les plus aisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser HTMl pour enrichir vos commentaires HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>