A la façon de Camille Ammoun : Que te fait la corruption

Projet : Graines de critiques littéraires / AIR Lycées


par Zohra,

étudiante en CPGE au Lycée du Parc

 

Que te fait la corruption ?

Elle m’enlace.

Mais c’est doux ?

Non, c’est un otage.

Comment te retient-elle ?

Elle me dit que j’ai besoin d’elle.

Et tu la crois ?

Oui, maintenant je ne peux faire sans elle.
Elle est partout, je n’arrive pas à la distinguer du reste.
Elle est sur les trottoirs, sur les panneaux et sur les lampadaires, parfois je la sens même dans le vent.

L’autre jour je l’ai même vue sur le visage de mon amie : elle avait enveloppé sa bouche
et elle voulait la faire parler,
lui faire dire des mots qu’elle ne dit pas, fermer ses paupières et utiliser ses dents.

Alors moi j’ai sauté sur elle, je voulais la lui arracher !

Mais non ! On ne peut pas l’enlever !
Elle est collée. Vissée au réel, et elle l’a tordu.

Maintenant, on ne voit plus que de manière tordue.

Qu’est-ce que tu vois ?

Je vois maintenant. Demain des fois. Pas après-demain.
En bas de chez moi. Le trottoir que je fixe quand je vais faire les courses, pas le ciel, pas les monts.

Tu lèves le menton parfois ?

Oui. Mais ça ne sert à rien parce que le ciel que je vois ce n’est pas le vrai, c’est un écran.
En haut, ils ont tout écrasé. Ils ont bouché toutes les portes de sortie. On ne peut plus regarder en haut
car en-haut n’existe plus.
Alors pas la peine de se fatiguer à essayer de s’élever, à essayer de s’insurger.

Couleur – couleur – couleur – couleur – Couleur – couleur

Beyrouth – Beyrouth – Beyrouth
Je veux te retrouver – où es-tu Beyrouth –
enlever la grisaille je veux – enlever le mazout – enlever le nitrate – je veux –
enlever l’opaque

Non je ne veux plus – voir en négatif – voir par transparence – voir par reflet – voir par projection – par imagination – par mensonge.
Je veux voir en regardant dans les yeux – je veux que la Vérité soit devant moi.

Qu’on ne me la présente plus.

Effacez-vous. Arrêtez de prendre tout pour vous. Il y a nous ici.
Mais qu’est-ce qui vous autorise à aspirez notre ville et nos droits ?

Rendez-moi ma voix

Non, tu sais bien que ce n’est pas possible.
Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ?

Je vais me taire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser HTMl pour enrichir vos commentaires HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>