Et si les citoyens se prenaient en charge ?

Ceci est un article. Par 1ère HGGSP 1 / Lycée Léonard de Vinci / Villefontaine

Projet : Le bureau des idées / Mode d'emploi lycées


Demande RIC par les gilets jaunes

« Vous ne voyez pas ce qui est en train de se passer ? En suivant mon regard, tous se retournent à temps pour voir la seringue s’enfoncer lentement dans la veine palpitante du jeune homme ». L’un des personnages de Voyage en Misarchie  est choqué lorsqu’il voit un homme se droguer en public. (E. Dockès, E. du Détour, 2017). Devrait-on laisser faire ou intervenir ? Si la démocratie est le pouvoir du peuple, peut-on imaginer interdire l’autonomie des citoyens ?

Lancement d’un RIC

Pour commencer, l’autonomie des citoyens peut permettre de faire émerger des débats politiques. « Pour ou contre la démolition des logements sociaux ? ». Pour tenter de lutter contre la suppression d’un quartier de la Villeneuve envisagée par la mairie  à Grenoble, un RIC ( Référendum d’Initiative Citoyenne ) a été organisé. Cet exemple montre que l’autonomie des citoyens est essentielle au bon fonctionnement de la démocratie.

L’autonomie des salariés

De plus, l’autonomie du salarié est essentielle pour une démocratie en entreprise, car elle offre une souveraineté au salarié.  Cette idée est retrouvée dans les SCOP ( Société coopérative et participative ). Dans ces dernières, les salariés détiennent au moins 51% du capital et 65% des droits de vote. Les salariés sont tous égaux et prennent des décisions sur la vie de leur entreprise, ce qui les amène à s’impliquer dans des débats économiques plus larges.

L’autonomie peut-elle nuire à la démocratie ?

Cependant, on peut se demander si certains individus ne se servent pas de leur autonomie pour nuire à la démocratie. La législation sur l’avortement laisse aux femmes un délai pour prendre leur décision. En effet, la loi offre donc ici l’occasion de se donner ses propres règles. Mais cela permet aussi à des associations anti-IVG, via internet, d’inciter les femmes qui doutent à renoncer à l’avortement. Dans ce cas-là, le choix rendu possible par la démocratie est utilisé contre elle, car des groupes constitués peuvent chercher à influencer les autres et à réduire leur autonomie.

Limiter l’autonomie reviendrait à limiter le pouvoir de l’individu et donc du citoyen. Dans le même temps, une démocratie totalement fondée sur l’autonomie des citoyens deviendrait sans doute un régime très complexe ou pire, un régime fondé sur la loi du plus fort, d’autant plus que « l’autonomie » est un terme très relatif. Notre démocratie possède néanmoins une marge de progression pour nous permettre une plus grande autonomie.

Ressource-s liée-s à l'article :

Mots-clés : , , , ,

One thought on “Et si les citoyens se prenaient en charge ?”

  • Chères élèves du Lycée Léonard de Vinci

    Nous avons transmis votre article à Emmanuel Dockès qui vous a formulé cette réponse en retour.

    En vous souhaitant une bonne lecture et de bonnes vacances !
    À bientôt

    “Autonomes !
    Alors que la France, naguère glorieuse de ses droits de l’homme et fière d’être le pays de tous les être humains libres, délègue aux eaux de la méditerranée et aux mafias lybiennes le soin de massacrer ceux qui rêvent de la rejoindre et délègue aux plus avides des lobbyistes le soin de la gouverner, alors que la France n’est plus exemplaire que pour des dictateurs chinois qui louent l’efficacité de sa répression des gilets jaunes, alors qu’ailleurs triomphent les Xi Jinping, Erdogan, Kaczyński, Orbán, Poutine, Trump, Johnson et consors, alors que tous les gouvernements foncent sans ralentir vers le gouffre environnemental et climatique, dans la grisaille autoritaire et xénophobe de l’hivers des démocraties, certains jours de fatigue, épuisés, comment ne pas en tomber malade ? Comment alors ne pas douter de tout et d’abord de l’humanité ?
    A tous ceux qui tombent dans cet abattement, je conseille de prendre comme un cachet d’aspirine ce petit texte de la 1ère HGGSP 1 du Lycée Léonard de Vinci de Villefontaine. Notre terre glacée est pleine de graines de mondes meilleurs. Partout, déjà on se bat. En cette fin d’année 2019, la résistance est, en France, une fois de plus, dans la rue. Après la loi travail, les ordonnance Macron, les gilets jaunes… elle semble ne plus cesser le combat. Les lycéens auteurs ne son pas seuls. Ils portent en eux l’écho des luttes démocratiques du monde. À Honk Kong, en Algérie, au Liban, au Chili, en Irak même, partout, on se bat. Voilà longtemps que les valeurs de la démocratie n’ont pas été autant défendues, jusqu’à la mort parfois.
    Et ce que nous dit le texte, c’est d’y faire attention à ces valeurs. Elles ne sont pas ce que croient les conservateurs, les pseudos socio-démocrates « réalistes » et autres Macron. Elles portent en elles le souffle des possibles. Elles sont les RIC, l’autogestion, la participation à tout, elles sont l’armature du texte des lycéens. Elles sont l’autonomie.
    Autonomie ? Comme le dit le texte, le mot porte beaucoup, un absolu, un peu trop donc. Auto-nomie, faire sa propre loi… On voit poindre la mythologie. Une loi qui s’applique à deux personnes devra au mieux être faite à deux, aucun n’aura vraiment fait lui-même sa propre loi. Ce qui ne veut pas dire que l’idéal n’a pas de sens. Il est direction. Nous savons que nous ne pouvons pas être pleinement autonomes. Mais nous voulons l’être plus. L’autonome n’obéit qu’à lui et s’obéir c’est la liberté. Et l’autonomie, s’obéir, c’est n’obéir à personne d’autre, c’est ne pas avoir de chef, c’est être enfin égaux. Alors oui, nous voulons plus d’autonomie, ce qui veux dire plus de liberté, plus d’égalité. Et nous savons que cela suppose de s’attaquer aux pouvoirs, aux dominants. Nous sommes les lycéens de la première la 1ère HGGSP 1 du Lycée Léonard de Vinci de Villefontaine. Nous sommes d’un peu tous les lycées, d’un peu tous les âges, d’un peu partout. Nous sommes l’espoir. Et nous en voulons beaucoup plus ! Et vite !”

    Emmanuel Dockès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser HTMl pour enrichir vos commentaires HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>