En quoi l’unité nationale est-elle remise en cause par les rivalités entre les classes sociales ?

Ceci est une ressource. Par Terminales ES 2 / Lycée Marie Reynoard / Villard-Bonnot

Projet : Le bureau des idées / Mode d'emploi lycées


Un phénomène né de la Révolution Française

La lutte des classes divise notre société depuis des lustres. En effet, en France, après la Révolution de 1789, les classes bourgeoises ont voulu l’abolition de la noblesse et des avantages qui en découlaient. Cependant, une rivalité s’est installée entre les diverses classes sociales qui sont nées de cette révolution et de l’histoire récente de la France.

Une menace pour l’unité nationale ?

Cette rivalité est devenue parfois une menace pour l’unité de la Nation telle que nous la connaissons. Les classes populaires, comme nous le voyons avec le mouvement des gilets jaunes en veulent aux élites de notre pays. En effet, les hommes et femmes au sommet de la pyramide sociale sont, pour les Gilets jaunes et pour les classes populaires loin des préoccupations d’un citoyen lambda. Ce sont ces reproches que nous montrons comme menace à l’unité nationale, en effet, dans une nation française où l’unité est prônée dans l’organisation du territoire.

Un exemple avec l’histoire

Comme nous l’avons dit précédemment, la lutte des classes n’est pas nouvelle. En effet cette idée de lutte des classes nait dans le manifeste du Parti communiste de Karl Marx paru en 1848. Et dans cet ouvrage Karl Marx, dit que le moteur de l’ « histoire de toute société jusqu’à nos jours, c’est l’histoire de la lutte des classes » qui remonte jusqu’à l’Antiquité avec les citoyens et esclaves. Puis à l’époque féodale avec les seigneurs et paysans, jusqu’au XIXe siècle où Marx décrit une lutte entre le prolétariat et la bourgeoisie. Un exemple : celui de « La fusillade des Fourmies » qui s’est déroulée le 1er mai 1891. Ce jour-la, l’armée française met fin dans le sang à une manifestation pacifique d’ouvriers militant pour un  passage à une journée de huit heures de travail avec un bilan de 9 morts et 35 blessés. Nous avons ici une lutte « concrète » des classes, avec un affrontement direct. justice aux mains de l’état bourgeois selon les marxistes.

Une rivalité toujours visible de nos jours ?

L’actualité la plus récente qui pourrait remettre sur la table la lutte des classes sociales est celle des gilets jaunes en France, on a eu cette impression de voir une lutte des classes populaires contre les élites de l’État. Nous pouvons dire que la lutte des classes a continué d’exister jusqu’aux années 1980 avant la chute des bastions d’ouvrier et la chute du PCF. Mais avec l’année 2018 et l’actualité des gilets jaunes ce débat peut-être remis sur la table, avec les classes populaires contre les élites. Cette lutte va dissocier la société car les gilets jaunes vont vouloir discréditer les politiques. Ils demandent même la fin de l’injustice sociale qu’ils estiment, entre autres, portée par la Constitution de la 5ème République. C’est donc une véritable guerre aux « politiques » qu’ils mènent. Et cela renforce les conflits entre les partis politiques, la société est alors de plus en plus fractionnée car il y a les gilets jaunes et les autres, autrement dit, les hommes remettant en cause le système politique, qui veulent en sortir, et ceux qui le font fonctionner et qui l’acceptent.

 

 

Origine de la ressource :
Réf. bibliographique

Bref rappel historique

Article lié :
Les nouvelles formes de conflits et de cohésion

Mots-clés : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser HTMl pour enrichir vos commentaires HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>