Ce texte est ressource du thème Migration et frontières

Ce document est un article du journal « La Croix » qui prône des valeurs humanistes, chrétiennes, positionné aujourd’hui plutôt à gauche.

Il présente un interview de l’historien Patrick Boucheron qui nous éclaire sur les enjeux de la crise des réfugiés en nous rappelant notamment que ce droit a été obtenu avec une histoire douloureuse, celle du 20°siècle.

Mais l’hospitalité est une notion ambivalente : si le philosophe Jacques Derrida définit l’hospitalité comme le fait d’ouvrir sa porte à un étranger sans poser de question, il souligne que cela s’accompagne de peurs face à l’étranger qui n’est qu’un inconnu et dont on craint qu’il nous envahisse (aussi bien au plan individuel que social). Or, la racine latine de l’hospitalité vient de « hostis », qui « désigne l’ennemi et inspire l’hostilité » et de « hospes » qui renvoie à la fois à l’accueillant et à l’accueilli, engageant une réciprocité. La peur ne doit pas être occultée mais affrontée selon Patrick Boucheron, c’est la responsabilité des politiques.

Ainsi, pour lui, comme pour le philosophe J. Habermas, l’hospitalité n’est pas devoir, elle ne se réduit pas à la charité chrétienne, individuelle, elle est un droit, politique, qui concerne la société, l’Etat et ne peut faire débat.

Mais comment conjurer les peurs des opinions publiques et des politiques réticents à accueillir, la littérature et l’histoire ont-elles vraiment ce pouvoir ?

D’après un travail de Julien Dimier, TS

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *