Ce texte est ressource du thème Les lieux de la religion

Detail of the wall drawing, tempera powder on wall, approx 200 square meters

Andrea Mastrovito l’artiste d’origine Italienne nous a brièvement dépeint lors de la conférence réalisée au Lycée Alain Borne son œuvre faite dans le Bronx à New York .

Ce tableau de plus de 200m² a été produit non seulement à partir de poudre noire mais le plus surprenant, c’est que ce sont en partie des jeunes enfants de zones défavorisées qui l’ont réalisé .

En effet Mastrovito a fabriqué d’immenses calques qu’il a collés sur les quatre murs d’une cour et a laissé le soin aux jeunes de poursuivre son œuvre.

Pour ce faire il a trempé des dizaines de ballons dans de l’encre noire et a laissé ces artiste en herbe exprimer leur potentiel en frappant sur les murs avec les ballons . Au bout d’une dizaine de jours , Andrea a retiré les calques , et l’on vit apparaître de magnifiques peintures transformant ses murs semblables à une cage en lieu d’échappatoire, d’évasion .

Montrant qu’avec de la volonté , du courage , et une pointe de génie , on peut sublimer n’importe quelle prison , la plus austère soit elle en un véritable coin de paradis .

Andrea Mastrovito nous a montré à travers cette œuvre , où il a regroupé de nombreuses ethnies différentes , de nombreuses religions , que tout le monde est capable de beauté quelles que soient ses croyances.

Et qu’à l’instar de cette cour, on peut rendre le monde meilleur pour peu que l’on s’investisse.

Soufiane et Elyes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *