Ce texte est ressource du thème Pensée ou tactique ? Qu’en est-il de la politique ?

Au niveau de sa composition, la société romaine, des origines (509 av. J.C.) à l’empire (27 av. J.C.) est très différente de celle que nous connaissons dans nos pays occidentaux aujourd’hui. La solidarité y est donc aussi différente.
Notre société est emblématique du phénomène de la mondialisation et de l’uniformisation géoculturelle, ainsi que des nouvelles idéologies – quant à l’égalité des sexes et des droits. Ainsi l’utopie que l’on cherche à atteindre est un monde d’égalité, sans distinction par rapport aux origines ethniques, aux pratiques religieuses, aux genres. Ce principe inscrit dans notre devise républicaine n’existait pas à l’époque romaine. En effet la société était alors divisée en plusieurs classes, ayant chacune accès à plus ou moins de droits. Le monde était divisé en deux principales classes : les citoyens et les non-citoyens. Ces derniers ne disposaient d’aucun droit. Parmi eux figuraient les femmes, les enfants et les esclaves, introduisant une nouvelle distinction entre hommes libres et non-libres. Parmi les citoyens, deux classes se distinguaient : les patriciens, issus des familles ancestrales fondatrices de Rome, et les plébéiens, gens du peuple.
La solidarité dans le monde romain était alors bien plus forte que de nos jours, mais n’existait qu’entre personnes d’une même classe. Au contraire aujourd’hui cette solidarité est peut-être moins forte, mais elle est intercommunautaire.
Aymeric DUPUY, Vincent HIRON & Nathan LERES

Un Réponse à “Solidarité, du monde romain à nos jours.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.