Ce texte est article du thème L’inconscient expliqué à mon petit-fils

Notre esprit est divisé en trois parties : la conscience ; le préconscient et l’inconscient. La conscience prend en charge tout ce qui est rationnel, logique et verbal, on s’en sert dans notre quotidien. Le préconscient garde en mémoire les savoirs, les apprentissages, les compétences, les souvenirs, même ceux dont on ne se souvient plus dans l’immédiat, sans réflexion. Enfin, l’inconscient détient nos désirs/souvenirs inavouables, refoulés. Qui dit refoulés, dit souvent traumatismes, une question se pose alors : est-il possible de guérir des maux « visibles » en sondant notre inconscient ? Précisons que soigner par l’inconscient, ce n’est pas soigner l’inconscient : ici, il s’agirait de soigner un problème dans l’inconscient, tandis que nous décidons de soigner le « tout » par l’inconscient. Plusieurs manières de soigner par l’inconscient s’offrent à nous : la psychologie clinique, la psychanalyse et l’hypnose. Plusieurs points les distinguent.

Tout d’abord, ces thérapies se distinguent quant à leurs modalités. En psychologie clinique, le thérapeute observe le patient, mène des entretiens approfondis afin de connaître son histoire, réalise des tests. Le psychanalyste, quant à lui, travaille sur la mémoire, prête attention aux souvenirs d’enfance et aux traumatismes anciens. Il s’intéresse à l’inconscient de son patient. Enfin, l’hypnothérapeute met le patient dans un état de conscience atténuée, au moyen de sa voix, de son regard ou bien de sa gestuelle. Il s’agit d’amener le patient à revivre des événements tragiques et à évoquer ses sentiments.

Ensuite, ces thérapies diffèrent de par leur objectif. Dans le cas de la psychologie clinique, il s’agit d’étudier une personnalité singulière dans la totalité de sa situation et de son évolution, afin de l’aider dans des problèmes personnels. La psychanalyse cherche à réconcilier le patient avec lui-même. L’hypnothérapeute veut soigner des phobies, des addictions, réduire la douleur, aider pour une perte de poids, résoudre des problèmes liés à des divorces, etc.

Enfin, les réticences ne sont pas les mêmes. On reproche à la psychologie clinique ses tarifs élevés et non pris en charge par la sécurité sociale. Les scientifiques estiment que la psychanalyse ne règle pas les troubles du comportement et de la personnalité. Quant à l’hypnose, elle suscite la peur d’une violation de la vie privée, elle peut parfois être considérée comme trop suggestive, voire trop violente, dans la mesure où elle amène le patient à revivre des événements douloureux.

Un Réponse à “Soigner par l’inconscient ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.