Ce texte est ressource du thème Les migrations du goût

La culture de la canne à sucre a été développée aux Caraïbes grâce à la deuxième expédition de Christophe Colomb. C’est seulement en 1635 que les français s’installèrent en Martinique et en Guadeloupe. Forts de leur savoir-faire en matière d’eau-de-vie, les Français dressèrent des plantations entièrement consacrées à l’exploitation cannière.

Afficher l'image d'origine

 

La révolution du sucre pouvait alors commencer.
C’est vers 1640 que l’histoire du rhum débute. Les premières eaux-de-vie de canne apparaissent sur l’île de La Barbade, alors possession anglaise. C’est le père missionnaire Jean-Baptiste Labat qui, par sa connaissance des techniques de distillation, permit le perfectionnement du processus de fabrication du Tafia que l’on appelait aussi guildive.

Résultat de recherche d'images pour "rhum agricole"
Avec les améliorations des outils de distillation, la qualité du rhum s’affina et les négociants commencèrent à charger des fûts de tafia sur leurs vaisseaux. Le séjour du rhum dans les tonneaux de chêne lui donnait une couleur ambrée que les européens prirent pour naturelle, alors qu’à la sortie des alambics, l’alcool était évidemment incolore.
Le rhum, issu de la canne à sucre, est un alcool qui peut être bu pur ou en cocktail selon les préférences.

Résultat de recherche d'images pour "rhum cocktails"

Ce n’est que depuis le 17ème siècle que les français désignent l’alcool de canne par le mot rhum. Il n’a été répandu en Amérique du Nord et en Europe que depuis le 18ème siècle.
A l’heure actuelle, il existe deux sortes de rhum : le rhum agricole et le rhum industriel.
Exemples de cocktails : le ti-punch, ou ti-ponch, la caïpirinha, le punch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.