Ce texte est article du thème Nouvelles technologies et démocratie

Le smartphone, la tablette ou encore la montre connectée…, ce sont tant et tant d’objets connectés inventés pour soit disant faciliter la vie et bien sûr, l’améliorer.

Un objet connecté, de par sa définition, doit traiter et générer par lui-même des informations comme le ferait par exemple un bracelet qui mesure le rythme cardiaque et envoie des données pour pouvoir les étudier ultérieurement.

Mais cela profite-t-il réellement à tout le monde ?
Tout d’abord, il faut reconnaître le coût élevé de ces objets. Pour pouvoir mesurer son pouls grâce à Apple, il faudrait débourser plus de 1000 euros puisque évidemment, l’Apple Watch nécessite la possession d’un smartphone pour obtenir les informations recherchées. Ce sont des dépenses considérables qu’une grande partie de la population ne peut pas se permettre.

Mais d’ailleurs, dans quel but ?
En survolant les journaux, il est impossible de ne pas le voir, le chômage est au cœur des discussions depuis de nombreuses années. La technologie serait créatrice d’emplois et il est vrai que la recherche et la conception de produits connectés engendrent de nombreuses créations de postes. Mais qu’en est-il pour la suite ? Une brosse à dents interactive qui permet d’avoir accès à des graphiques sur sa situation buccale ne pourrait-elle pas faire baisser le nombre de dentistes ? L’achat de livres électroniques ne pourrait-il pas faire disparaître les petites librairies de quartier ?
De plus, ces objets creusent le fossé entre nos sociétés sur-connectées et des populations devant faire des dizaines de kilomètres à leurs risques et périls pour pouvoir avoir accès à la santé et à la culture.

Les objets connectés ont un impact indéniable sur la société. Créés pour résoudre des problèmes, ils en engendrent de nouveaux, touchant différents acteurs que l’on pourrait qualifier de victimes collatérales, victimes du succès d’Internet et de ses technologies qui l’accompagnent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.