Ce texte est ressource du thème La formation des jeunes et la démocratie en Afrique

Cérémonie de remise des diplômes dans un lycée de Tanzanie. Photo: Jonathan Kalan

 

Aujourd’hui en Afrique subsaharienne, de nombreux jeunes se mobilisent pour faire avancer les choses, démocratiquement, scientifiquement et économiquement. Ces régimes politiques africains sont jugés trop instables, le respect des libertés individuelles n’est pas toujours appliqué et les élites qui dirigent l’Afrique ne jugent pas utile de partager leurs richesses.

La lutte pour l’accès à l’éducation , une formation à perte

Ces jeunes tentent de faire bouger les choses dans le domaine scolaire également. Certains d’entre eux font appel à des associations qui les aident à obtenir des bourses pour avoir le droit de poursuivre leurs études.

Nombreux sont les jeunes Africains voulant intégré les universités publiques, spécialisées dans le domaine environnemental et également dans l’ingénierie, sont très accessibles, et de nombreuses bourses existent. Ce sont des secteurs porteurs mais ces jeunes sont attirés par les emplois à l’étranger, car mieux rémunérés, et fuient donc leur pays d’origine. L’Afrique forme donc à perte ces jeunes qui représentent une vraie source intellectuelle, et nous trouvons cela fort dommage, pour un pays qui souhaite se développer , de ne pas plus inciter les jeunes diplômés à rester travailler en Afrique. ( Article sur le chômage en Afrique )

Professionnels de santé, futurs expatriés.

Le secteur de la santé est également très important, mais la formation en Afrique reste compliquée, et très peu de professionnels de santé souhaitent par la suite travailler en Afrique, étant donné les conditions d’hygiène et le peu de moyens mis en place par l’état, et les salaires exorbitants que reçoivent les praticiens dans des pays comme la France, sont plus motivants, et attirent par conséquent l’élite des jeunes diplômés Africains. Deux jeunes scientifiques africains ont récemment trouvé une alternative pour lutter contre le paludisme, le « Faso soap« .

Cette « fuite des cerveaux » représente pour l’Afrique un réel danger, car il faut des médecins, des ingénieurs qualifiés, pour que le pays puisse poursuivre dans son projet de développement.

L’engagement de personnalités : tout un symbole

Au sein de l’élite culturelle, dont font partie les sportifs et les musiciens, nombreux sont les artistes engagés dans la cause africaine. En Afrique de nos jours de nombreuses personnalités utilisent leurs notoriétés pour lancer un « appel à l’aide » en effet les populations africaines vivent dans des conditions déplorables, elles sont souvent oppressées et victimes de violences.

Le combat politique et la lutte contre l’intégration des jeunes auprès des groupes islamistes

Beaucoup de jeunes africains sont engagés en politique, mais certains d’entre eux ont des comportements déviants. Des groupes armés d’islamistes radicaux terrorisent les populations, certains jeunes pour défendre leurs opinions politiques vont jusqu’à tuer et piller des villages entiers à l’aide de ces barbares. A l’inverse, des jeunes sont victimes de ces violences politiques, ils sont enlevés par les groupes radicaux et utilisés contre leur gré pour des attentats suicides.

Belgherze Lucie, Sauze Amélie, Runghen Neela, Puygrenier Raphael, Toutain Raiyan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *