Ce texte est article du thème Nouvelles technologies et démocratie

Notre travail a essentiellement consisté en une réflexion large sur les rapports entre la démocratie et notre environnement numérique; beaucoup de questions posées mais un constat assez rapide; celui de l’ambivalence des rapports entretenus entre les deux.

Les technologies de l’information et de la communication favorisent l’essor de la démocratie dès lors qu’elles permettent aux hommes et aux femmes politiques de communiquer plus directement avec les citoyens, les réseaux sociaux sont centre d’intérêt désormais des acteurs politiques mais cette présence peut de fait se retourner contre eux en les surexposant et en les malmenant à partir de dérapages verbaux ou d’attitudes peu flatteuses.

Les TIC favorisent l’essor de la démocratie voire de la « cyberdémocratie » à partir du moment où l’information circule mieux, où elle est immédiate et facilement partagée, mais cette information peut se faire massive, peut être tendancieuse car peu sûre, internet est donc un outil nécessitant un apprentissage et relève probablement de l’enseignement moderne.

Les TIC favorisent le débat, l’expression plus ou moins spontanée via les réseaux sociaux et les différents blogs mais ils facilitent aussi la malveillance sous couvert d’un relatif anonymat si ce n’est la cybercriminalité remettant directement en cause l’autorité de la loi de par leurs structures et leurs présences à toutes les échelles politiques, administratives,économiques.

Un travail donc sous forme de prise de conscience entre potentialités et limites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.