Ce texte est article du thème Architecture, villes et réchauffement climatique

Gestion des flux touristiques à Grenoble :   » Comment bouge-t-on à Grenoble ?  »

 

Capitale des Alpes, Grenoble est la porte d’entrée vers la montagne et sur les stations de skis notamment. Du fait de sa position géographique, sa population importante et de part son attraction touristique, Grenoble est touchée par une forte pollution et un embourbement des réseaux routiers qui amènent les habitants à chercher des solutions pour lutter contre ce fléau. Cet article va donc s’intéresser à la problématique de la pollution et de la gestion des flux dans l’agglomération grenobloise à travers la mise en place de différents projets.

 

En 2007, la construction de la rocade nord fut envisagé afin de désaturer le périphérique de Grenoble. Ce projet aurait ainsi permis aux touristes arrivant de Lyon de se rendre dans les stations de la Savoie tout en évitant de passer par la ville. Cependant, il fut abandonné pour des soucis d’écologies ainsi que pour les raisons financières (580 millions d’euros).

 

En 2005, Grenoble fut la première ville à adopter le projet plan air énergie climat. Il consiste à se mobiliser et structurer l’action des collectivités face aux changements climatiques

Il regroupe l’ensemble des mesures à prendre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, dans tous les domaines de l’économie et de la vie quotidienne des habitants. Il fixe les objectifs du territoire et définit un programme d’actions pour les atteindre, tout en restant cohérent avec les objectifs des autres politiques environnementales :qualité de l’air, gestion de l’eau, lutte contre les nuisances sonores, biodiversité…

Grenoble sera la première ville de France à la mi-2016 à mettre en place la limitation à 30km/h pour les véhicules dans le centre de l’agglomération grenobloise. Grenoble subi effectivement les conséquences de flux touristiques particulièrement importants pendant les périodes estivales et hivernales qui viennent altérer la qualité de son air et la vie de ses habitants. Cette mesure ne fait toutefois pas l’unanimité auprès de certains habitants des communes concernées, en particulier la commune de Meylan qui refuse d’appliquer cette mesure. De plus, la limitation sur les principaux boulevards et grands axes grenoblois seront maintenus à 50km/h, cela nous amène à nous demander la réelle efficacité de cette action.

 

Ainsi de nombreux acteurs se sont mobilisés afin de mettre en commun leurs idées et leurs solutions pour améliorer le contexte environnemental de la région grenobloise. En effet la ville peut compter sur de nombreuses mesures innovantes apportées notamment par le premier et le seul maire écologique d’une grande ville française. Ses idées et sa position politique peuvent permettre à Grenoble d’être à la pointe de l’action environnementale. Cela se traduit notamment par l’instauration de nouvelles règlementations en terme d’environnement comme les pastilles écologiques qui devraient permettre une meilleure gestion des véhicules polluants dans l’agglomération grenobloise.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *