Ce texte est article du thème Les migrations du goût

La culture on en fait tout un plat.

Après avoir vu les voyages culinaires de Fred Chesneau à travers le monde, nous avons décidé de travailler sur les métissages culturels présents dans les plats emblématiques ou pas des pays traversés. De bali  au Maroc, du Vietnam au Cameroun , un petit voyage à travers le goût.

Le tajine au cœur de l’alimentation marocaine :

Le tajine au Maroc est passé d’un simple plat cuisiné par les Berbères à une recette typique voire emblématique du pays et déclinée dans chaque région. C’est autour de ce plat que les Marocains partagent un moment de convivialité. Bien que très connu par les touristes européens il ne s’est pas autant exporté que le couscous.

Le Japon :

La cuisine Japonaise est construite grâce à des ingrédients assez peu nombreux (tels que le riz, poissons..) et des recettes relativement simples. En revanche la mise en oeuvre est souvent complexe et ordonnée. La cuisine japonaise est méthodique, esthétique et rapide. L’aspect visuel et la texture sont aussi importants que le goût. Dans certains restaurants, les cuisiniers préparent la nourriture en face des clients.

Bali :

Bali est une île paradisiaque pour ses magnifiques paysages ainsi que pour sa culture. Les plats balinais sont constitués d’une multitude d’épices, de couleurs et de saveurs. A première vue ces plats ont l’air appétissant. Ils possèdent aussi une partie de la culture japonaise, c’est de là que vient le riz. Mais la culture balinaise reste tout de même différente de notre culture.

Brésil :

La cuisine coloniale constitue la base culinaire du pays.

La culture brésilienne est le résultat du mélange des traditions et des coutumes des peuples fondateurs comme les Amérindiens et des colonisateurs comme les Portugais. C’est une cuisine très colorée et épicée.

Les cuisines de rue aux quatre coins du monde

Les Philippines :

Ce pays nous a marqué par son alimentation différente de chez nous (balut et poisson cru). Nous avons aussi beaucoup apprécié les paysages avec notamment les rizières en escalier dans les montagnes. Le street food est très développé dans ce pays, ce qui permet une bonne convivialité dans les rues entre les vendeurs et les clients et une grande diversité de produits.

Cameroun :

Des snacks de bord de route , les « tournedos » au sud du pays aux gros vers des forêts tropicales des Pygmées en passant par les boas du centre, la cuisine du Cameroun, rassemble les différentes facettes de l’Afrique.

Le Vietnam, cuisiner dans la rue

Dans la culture du Vietnam, la convivialité est très présente en particulier dans les rues où les Vietnamiens se retrouvent pour partager leur repas). La cuisine est préparée sous les yeux des passants dans la rue ou dans les restaurants.  Cette caractéristique n’est pas propre au Vietnam, elle est présente partout dans les cultures asiatiques.

Certains plats se retrouvent dans les assiettes des Occidentaux, quelques produits comme le riz migrent vers d’autre pays comme la France, l’Espagne ou encore les Etats-Unis. Le riz est aujourd’hui un produit mondialement connu et utilisé. Cependant certains plats ne quittent pas leurs pays d’origine comme le fœtus de canard généralement consommé le matin par les Vietnamiens et qui nous semble à nous Occidentaux totalement immangeable.

La cuisine de rue en Belgique

La cuisine belge est très attrayante et touristique, du fait de sa particularité : la cuisine de rue.

Tout le monde y mange : les touristes lorsqu’ils se promènent, les gens pressés…

Elle est très riche en huile et plutôt grasse (frites, gaufres, chocolat…).

La cuisine de rue permet la rencontre de gens et le mélange des cultures dans un cadre local et convivial.

Ce que nous disent ces expériences c’est que la plupart des plats sont issus des échanges de produits mais aussi des passages, des flux d’humains qui apportent leur culture dans les assiettes.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.