Ce texte est article du thème Pensée ou tactique ? Qu’en est-il de la politique ?

Nous sommes des élèves latinistes du lycée Chaplin de Décines (http://www.lyceecharliechaplin.com/).
En tant que tels, notre travail relève essentiellement de la pensée, de l’étude d’une civilisation et d’œuvres qui peuvent sembler lointaines, celle de la Rome antique. Mais nous nous sommes aussi engagés dans le festival Mode d’Emploi organisé par la Villa Gillet en novembre 2015, et dont le but est de réfléchir au monde qui nous entoure pour le comprendre et l’analyser.
Dans le cadre de ce festival, nous aurions dû assister à un débat intitulé « Politique, pensée ou tactique ? ».
Le mot « politique » vient du grec « polis », qui signifie « la cité » (http://villavoice.fr/publi2015/le-mot-politique-origine-declinaisons/). La politique est ainsi l’organisation de la vie en commun, de la société. La politique peut se percevoir sous deux formes : la pensée, qui est la réflexion sur les valeurs d’un pays, et la tactique, qui est l’action même, c’est-à-dire la gestion, la décision et la communication.
Ce débat devait donc nous mener à cette opposition entre ces deux manières d’envisager la politique, la pensée ou la tactique. Selon leurs parcours et leurs métiers, les trois intervenants – François-Xavier Bellamy (http://www.villagillet.net/portail/mode-demploi/details/article/bellamy/), Bruno Julliard (http://www.villagillet.net/portail/mode-demploi/details/article/julliard/) et Géraldine Mulhmann (http://www.villagillet.net/portail/mode-demploi/details/article/muhlmann/)  -, pouvaient avoir une position différente : d’un côté dans la transmission des valeurs, une vision sur le long terme, plus générale et globale, et de l’autre côté les actions à court terme, l’intérêt immédiat, l’urgence et les décisions pratiques.
Etant latinistes, nous avons étudié Cicéron, grand orateur et philosophe du Ier siècle avant J. C.. Il était impliqué dans la politique de son temps, la République romaine, aussi bien par la pensée et la réflexion que par la tactique et l’action.
C’est aussi le cas d’un des intervenants de notre débat, M. Bellamy, homme politique et professeur de philosophie. Son poste d’enseignement est par définition lié à la transmission du savoir et des valeurs, comme le faisait Cicéron dans ses œuvres, lui qui était le défenseur des valeurs de la République romaine, le « mos majorum » (http://villavoice.fr/publi2015/une-expression-latine-mos-majorum/). Par ailleurs, leur engagement politique oblige Bellamy comme Cicéron, chacun en son temps, à prendre des décisions, et à adapter leurs actions à la réalité. Ils proposent tous les deux une réflexion sur l’éducation, seule capable de former les citoyens de la République.
Les événements du 13 novembre 2015 ont donné une dimension tragiquement très réelle à notre réflexion. En effet, à la suite de ces événements, toutes les sorties scolaires ont été annulées, dont notre participation au festival Mode d’Emploi et à notre table ronde prévue le jeudi 19 novembre. Nous nous sommes retrouvés nous aussi devant ce dilemme : que faire de nos valeurs ? Sont-elles plus importantes que les décisions qui ont été prises ? Ou bien les décisions d’annuler, répondant à une urgence d’agir, sont-elles les plus importantes ? La tactique a-t-elle pris le dessus sur la pensée ?
Nos réactions ainsi ont été diverses. Choqués. Déçus. Intrigués. Révoltés. Nous avons tout de même voulu mener à son terme notre réflexion pour montrer que nous ne succomberions pas à la peur. A notre échelle, nous nous rendons compte que des valeurs établies il y a plus de 2000 ans restent le pilier essentiel de notre République. Il s’agit de ce que les Romains appellent le « mos majorum » : dignité, activité politique, courage, honnêteté, constance, respect.

Article rédigé par tous les latinistes de première et terminale du lycée Chaplin : Flavie Carmona, Mélissa Djemah, Lise Ducruet, Aymeric Dupuy, Pierre-Emmanuel Gras, Vincent Hiron, Lorice Jacob, Elisa Lamaille, Nathan Leres, Hajer Maarcha, Lucille Perraudin, Thomas Poncelas, Steeve Tournier, Léa Truillet et leur professeur Laure Guellard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.