Vous consultez une publication écrite par : Lycée René Descartes – Le Droit et les Grands Enjeux du Monde Contemporain


PEUT ON MEDICALEMENT SATISFAIRE SES DESIRS ? A QUEL PRIX ?

Cette publication est une ressource concernant les recherches sur le thème lié PMA - GPA, question éthique, réponse politique ? - Chose publique 2018

PEUT ON MEDICALEMENT SATISFAIRE SES DESIRS ?

                                                                A QUEL PRIX ?

 

Compte rendu de l’émission de France Culture « les pieds sur terre » : « PMA hors la loi » du 12 septembre 2018

Le désir d’Adila

Adila Bennedjaï-Zou souhaite avoir un enfant seule. Elle aurait peut-être dû congeler des ovules étant plus jeune et les utiliser plus tard. En effet, à 40 ans, il est plus difficile d’avoir un enfant, en bonne santé, qu’en étant plus jeune. Elle veut aujourd’hui avoir recours à une fécondation in vitro. Adila interroge le Dr.D, une gynécologue qui a accepté de lui prescrire les médicaments et examens nécessaires pour faire une Fécondation In Vitro (FIV) en Espagne. En France il est légale d’avoir recours à une FIV que si l’on est en couple. Mais avec ce processus il y a moins de 10% de chance de tomber enceinte. Adila est donc dopée aux hormones pour favoriser le nombre et la qualité de ses ovocytes.

Pierre et Antonin

Pierre et Antonin veulent faire appel à une mère porteuse aux Etats- Unis. Ils sont inscrits sur un site qui leur permet d’être mis en relation avec une mère porteuse qui souhaite les mêmes choses qu’eux. Par exemple,ils veulent garder l’enfant même s’il a un handicap comme la trisomie 21. Pour ce faire, le site met en place un système de biographies : la mère porteuse envoie sa bio et les pères la leurs, dans laquelle ils racontent leur enfance, pourquoi ils veulent un enfant etc. Le couple payera 150 000 euros pour avoir leur enfant. Ils ont un tel lien avec la mère porteuse qu’ils s’appellent une fois par mois et s’envoient beaucoup de photos.

Peut-on médicalement satisfaire ses désirs ? Et à quel prix ?

Prenons d’abord le cas de la Gestation Pour Autrui : elle consiste à faire appel à une « mère porteuse » qui portera l’enfant, le mettra au monde et le laissera aux parents qui ont demandé cette GPA. Mais elle est illégale en France. En revanche aux États Unis, elle est légale si la mère porteuse a déjà eu au moins deux enfants qui ne sont pas issus d’une GPA et si elle n’a pas besoin de cet argent pour vivre. Ça ne doit que lui servir de complément à ses revenus qui peut lui servir pour un projet par exemple. De plus la mère porteuse ne doit pas être la mère biologique de l’enfant. Il faut donc une mère pour donner ses ovocytes et une mère pour porter l’enfant. Un des deux pères doit donner ses spermatozoïdes. Dans le cas de Pierre et Antonin, ils n’ont pas réussi à choisir d’eux même qui donnera alors ils ont donné tous les deux et le médecin a choisit pour eux, de même pour le sexe du bébé.

La FIV consiste à reproduire, en laboratoire, les conditions du corps de la femme afin de pouvoir y développer un embryon. L’âge limite pour y avoir recours est 43 ans, car au-delà il est considéré que la femme n’est plus en âge de procréer, les chances seraient trop minces. Une FIV peut consister à procéder à 4 inséminations mais après ses quatre s’il n’y a pas de grossesse, le traitement est arrêté sauf si les médecins considèrent qu’une 5eme insémination peut donner lieu à une grossesse. Si le traitement est entrepris après 43 ans il ne sera pas remboursé par la sécurité sociale.

Les pays qui pratiquent des FIV aux femmes célibataires doivent inséminer les spermatozoïdes d’un homme qui ressemble physiquement à la femme afin que son enfant lui ressemble (pour éviter certaines tricheries de femme qui ferait croire à leur mari qu’elles attendent un enfant d’eux).

conclusion

On peut donc satisfaire ses désirs grâce à la médecine mais cela peut parfois conduire à enfreindre la loi française, comme Adila qui va partir à Madrid pour effectuer une ponction d’ovocytes. Mais il existe des inégalités puisque c’est la femme qui doit endosser tous les processus d’insémination que ce soit pour une FIV ou une GPA. De plus ces processus coûtent tout très chères et peuvent être illégaux en France, ce qui explique leurs prix élevés.

Sarah terminale L

Pour écrire cet article nous nous sommes aidé des sources suivantes : Presse / radio / TV / site d’information

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser HTMl pour enrichir vos commentaires HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>