Vous consultez une publication écrite par : Lycée Pierre Beghin – TLE ES1


L’immigration en Europe, son lien avec la démocratie et ses effets

Cette publication est une ressource concernant les recherches sur le thème lié Ce que la question migratoire fait à la démocratie - Chose publique 2018

L’ immigration de masse s’est imposée sans consultation démocratique ce qui entraine des tensions politiques, et au sein des populations.

L’immigration en Europe et en France ne correspond pas du tout aux besoins de l’économie. C’est une immigration peu qualifiée dont le coût social pèse sur les budgets publics. Le contre modèle est l’Australie qui n’accepte que des immigrés qualifiés.

L’intégration des immigrés européens réussit : en France, un million de Portugais se sont intégrés facilement. Mais l’intégration a massivement échoué pour deux catégories : les musulmans d’Afrique du Nord et les populations d’Afrique Noire

Il y a désaccord entre les politiques d’immigration laxistes ou « généreuses » et les souhaits de la population. Un sondage du 26/02/2015 montre que 69% des Français trouvent qu’il y a trop d’immigrés, soit plus des deux tiers. Or les politiciens n’en tiennent pas vraiment compte. Résultat : 59% des Français n’ont plus confiance dans la politique.

Les populations accueillies n’ont aucune tradition démocratique ni patriotique à l’égard de la France. On affaiblit la démocratie avec ces populations que l’école ni la société ne savent intégrer.

Les décisions de politiques migratoires devraient faire l’objet de référendums.

Le peuple vote différemment dans un référendum que dans une élection. Le choix est concret donc beaucoup plus rationnel. Il n’est pas influencé par l’argent, les médias ou les partis. La position des citoyens qui votent en fonction de leur expérience personnelle dans la vie quotidienne est très différente de celle des élites, protégées par leur statut privilégié des conséquences négatives de l’immigration dérégulée.

Finalement, l’immigration se fait la plupart du temps dans des conditions non démocratiques et menace la démocratie dans la mesure où les nouveaux arrivants n’ont pas de tradition démocratique. L’immigration de masse se déroule en l’absence d’une procédure démocratique assurant que les citoyens sont bien d’accord avec elle. Le remède pourrait consister dans l’introduction du référendum d’initiative populaire et le modèle suisse mérite à ces égards une attention approfondie.

Les effets de l’immigration de masse sont nombreux, et pour la plus part négatifs.

Les effets économiques et budgétaires concernent l’emploi. Le taux de chômage des migrants est en France de près de 18% contre 10% pour les Français nés en France. Cela dit, le chômage des jeunes est de 25%, ce qui est grave pour l’avenir. Les syndicats critiquent l’impact d’une main-d’œuvre peu qualifiée sur les salaires. Il faut construire aux frais du contribuable des logements sociaux et l’augmentation de la densité de population nuit à l’écologie. Le système de santé et de sécurité sociale est très sollicité. Tout cela a un coût élevé.

Les effets politiques se reflètent dans l’insécurité des habitants. Il est vrai que les prisons contiennent une part anormalement importante de migrants ou de personnes des minorités visibles. Le taux de délinquance des minorités, notamment musulmanes, est beaucoup plus élevé, comme l’ont montré plusieurs rapports parlementaires. Des zones de non-droit se sont formées où la police n’ose plus pénétrer. De plus, les gouvernements ont du mal à renvoyer les étrangers délinquants à cause de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme. Beaucoup de citoyens ont le sentiment d’une absence de liberté et d’une censure sur ces sujet. Cela nuit à l’image de l’Union européenne parmi les citoyens ;

Les effets culturels sont centrés sur l’école. Les élites s’arrangent pour que leurs enfants quittent les écoles où il y a trop d’immigrés et où le niveau baisse. La censure médiatique qui limite la liberté de parole sur l’immigration exaspère de plus en plus de citoyens qui n’acceptent pas d’être jugés par des élites bien protégées dans leur vie quotidienne

 Moreen Charvet, Maxime Vieux-Melchior Emma Grimaldi

Pour écrire cet article nous nous sommes aidé des sources suivantes : Site internet à caractère institutionnel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser HTMl pour enrichir vos commentaires HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>