Vous consultez une publication écrite par : Lycée Marie Reynoard – Terminale ES


Cette publication est une ressource concernant les recherches sur le thème lié Ce que la question migratoire fait à la démocratie - Chose publique 2018

La question migratoire est un sujet crucial dans l’enjeu politique.

Lors de sa campagne présidentielle lors du débat face à Marine Le Pen, le programme du candidat Emmanuel Macron semblait présenter des idées à l’opposé de son adversaire.

En effet, l’actuel président  paraissait ouvert sur la question migratoire,  pourtant une fois élu sa politique migratoire semble beaucoup moins accueillante.

En novembre 2016, dans son livre Révolution le candidat Emmanuel Macron  déclarait:

« L’humanité dans le traitement des réfugiés, ce n’est pas de laisser croire que nous accueilleront tout le monde. »

Cette citation nous rappelle le discours un passage d’un article du socialiste Michel Rocard le 4 juillet 1993 , « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. La part qu’elle en a, elle prend la responsabilité de la traiter le mieux possible »?  La question migratoire était déjà présente  alors et cela  nous rappelle que la France doit s’organiser au mieux pour accueillir les réfugiés.

Face à une arrivée croissante de flux migratoire depuis 2015, en effet le nombre de demandeurs d’asiles est passé de 63 000 à 100 000 par an en 2017 et il continue d’augmenter en France alors qu’il diminue de moitié dans le reste du monde, la France se retrouve avec un système d’hébergements saturés.

Elle a donc du revoir complétement sa politique migratoire car celle-ci comportait trop de défaillances: les délais d’examens de demandes d’asiles trop longs (11 mois en moyenne), un processus des retours forcés des étrangers ne bénéficiant d’aucun droit au séjour en France insuffisant et la naissances des campements illégaux qui nuisent aux autres migrants et aux riverains.

Le projet de loi

Le  21 février 2018 lors d’un discours Gérard Colomb, ministre de l’intérieur présente un projet de loi « asile, immigration et intégration », l’objectif de cette loi est d’accélérer la procédure d’asile et parallèlement à ça augmenter le nombre de reconduites à la frontière. Le 11 Septembre 2018, est promulguée au Journal Officiel, la loi « d’asile, immigration, intégration ».  

La question migratoire divise y compris  la majorité présidentielle. En effet certains députés du LREM comme Sonia Krimi qui pensent que cette loi ne va pas dans le sens de la simplification du point de vue administratif. D’autres comme Jean-Michel Clément pensent que le projet de loi ne « servira à rien » car l’ampleur est déjà trop grande s’ajoute à cela François-Michel Lambert qui trouve ce texte de loi stigmatisant.

Cette loi a comme objectifs selon le site du gouvernement de: «  renforcer la protection des personnes, faire converger nos procédures avec le droit et les pratiques européennes et mieux adapter notre droit aux réalités opérationnelles. »

 

Pour écrire cet article nous nous sommes aidé des sources suivantes : Référence bibliographique