Vous consultez une publication écrite par : Lycée Pierre Beghin – TLE ES1


Les migrants en France, Isabelle Coutant

Cette publication est une ressource concernant les recherches sur le thème lié Ce que la question migratoire fait à la démocratie - Chose publique 2018

« L’invention démocratique: la place du citoyen en démocratie »

INTRODUCTION AU SUJET:

Démocratie: Forme de gouvernement dans laquelle la souveraineté appartient au peuple ; État ainsi gouverné.

Citoyen:   Le citoyen, c’est celui qui participe de son plein gré à la vie de la cité. Il partage avec ses concitoyens le pouvoir de faire la loi. le pouvoir d’élire et, le cas échéant, d’être élu.

Migration: Déplacement de populations qui passent d’un pays dans un autre pour s’y établir.

Dans le langage courant, un immigré est la personne qui vit dans un autre pays que celui où elle est née. Est immigré celui qui est «né étranger à l’étranger et qui réside en France», selon l’INSEE. L’INSEE estime qu’il y a en France près de 5,7 millions d’immigrés, soit 8,9% de la population. Il s’agit du chiffre de 2013, l’organisme statistique ne renouvelant certaines de ses données que rarement. Globalement, l’immigration a connu une progression très nette depuis le début du XXe siècle, même si celle-ci connaît des variations nettes. Après les deux guerres mondiales, celle-ci a fortement augmenté pour compenser le besoin de main-d’œuvre. Elle a diminué pendant les années 30 avec la crise économique. De même, en valeur relative et non absolue – compte tenu de l’augmentation de la population – l’immigration a stagné de 1975 à 2000. Là encore, la France connaissait un ralentissement économique après les Trente glorieuses. L’immigration a repris depuis le début du XXIe siècle. Elle représente aujourd’hui 8,9% de la population contre 7,3% en 2000 (et 2,8% en 1911).

Les Migrants en bas de chez soi:

Isabelle Coutant,  sociologue, chargée de recherche au CNRS étudie les transformations des classes populaires, à partir d’enquêtes ethnographiques menées essentiellement en région parisienne. Elle s’intéresse plus spécifiquement aux relations que ces catégories entretiennent avec diverses institutions (justice, travail social, psychiatrie). En 2018, elle écrit un ouvrage: Les Migrants en bas de chez soi.

Concernée en tant qu’habitante et parent d’élève du collège voisin, Isabelle Coutant a vu cette fois le « terrain » venir à elle, tiraillée entre le désir d’aider et l’envie de comprendre. L’ouvrage raconte la vie de cent cinquante migrants qui venaient s’installer en 2015 dans un lycée désaffecté de la place des Fêtes, à Paris, sous les yeux ébahis des riverains et retrace cet événement, la déstabilisation du quartier qui en a résulté, entre stupeur initiale, colère des riverains livrés à eux-mêmes, tensions mais aussi mobilisations solidaires et bouleversement provoqué par la rencontre. Cette œuvre est un travail de sociologue accordant beaucoup d’importance à l’objectivité. Tous les points de vue, sur cette occupation d’un lycée désaffecté du quartier de la place des Fêtes à Paris, sont rapportés sans jugement de valeur. La richesse de ces descriptions et témoignages est très intéressante, même si elle laisse perplexe sur « la bonne réponse à l’arrivée de migrants ». Rien n’est facile, et cela commence avec la juste place à trouver entre les extrêmes. Seul petit obstacle à la lecture de ce livre, c’est une monographie conçue comme un rapport de recherche et l’entrée dans le livre nécessite au début un peu de persévérance. Au final, vous n’aurez cependant pas perdu votre temps car votre perception du sujet en sortira enrichie et c’est le plus important.

 

Fellah Nesrine — Afkir Yanis

Pour écrire cet article nous nous sommes aidé des sources suivantes : Presse / radio / TV / site d’information

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser HTMl pour enrichir vos commentaires HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>