Vous consultez une publication écrite par : Lycée Pierre Beghin – TLE ES1


L’accueil des migrants en France

Cette publication est une ressource concernant les recherches sur le thème lié Ce que la question migratoire fait à la démocratie - Chose publique 2018

L’accueil des migrants en France

«La solidarité, c’est garantir un accueil des migrants et des réfugiés» M.Valls

Qu’est-ce que la migration ?

La migration humaine correspond à l’action de passer d’un pays à un autre dans le but de s’y établir. Les migrants traversent les frontières le plus souvent pour échapper à un régime politique totalitaire, pour échapper à la guerre (personnes déplacées) ou pour des raisons économiques.

De quelles zones géographiques viennent les immigrés ?

Aujourd’hui en France, la migration concerne principalement les populations d’Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie), d’Europe du Sud, d’Afrique Subsaharienne, d’Europe de l’Ouest, Proche et Moyen Orient et Asie de l’Est.

Elle est accentuée par des flux des pays pauvres vers les pays riches.

L’immigration est appréhendée par certains Français…

En effet, c’est depuis le début du XXe siècle que la France connait un essor de l’immigration. L’arrivée de ces migrants en France est appréhendée par une partie importante de la population qui les considère comme une menace pour sa sécurité.

Pour cette population, ils sont des intrus qui viennent aggraver la  situation difficile de la France créée par la « crise économique ».

Ils sont donc souvent désignés de façon péjorative comme « étrangers », « migrants », « arabes », « musulmans », « islamiste », « terroriste », « délinquant » et « profiteurs »…

Ces amalgames et cette « peur de l’étranger » se nourrissent entre autres d’une déstabilisation des repères qui durant longtemps ont fixé les identités « nationales ».

D’un autre côté, ils sont accueillis à bras ouverts car ils apportent une main d’œuvre au processus de développement des économies européennes (restauration, ménage…).

Ils sont pris en charge par l’État et sont aidés dans leurs démarches, comme par exemple l’apprentissage de la langue, l’accès aux droits médicaux.

Mais malheureusement, aujourd’hui, la question migratoire est contestée par de nombreuses personnes.

Par exemple, ce n’est pas parce que les Africains sont pauvres qu’ils viennent en Europe. Au contraire, plus un pays est pauvre, moins ses habitants ont de ressources pour partir dans des pays lointains.

Mais une majorité des Français est toujours contre l’accueil des migrants malgré une augmentation des opinions favorables à leurs arrivés…

Une majorité de Français (54%) est opposée à l’accueil des migrants en France.

Cependant, en août 2017, 39% des Français sont favorables à l’arrivée des migrants en France.

En juin 2018, 42% des Français sont favorables à l’arrivée des migrants en France.

Enfin, en août 2018, 46% des Français sont favorables à l’arrivée des migrants en France.

On constate une évolution de l’opinion française au sujet de la question migratoire.

Ces réponses sont obtenues grâce au sondage Ifop qui a été réalisé via un questionnaire en ligne du 14 au 16 août 2018 auprès de 1004 personnes.

Un gouvernement contre leur accueil…

En effet, en 2017, il y a 21 millions de personnes réfugiées dans le monde, dont 86% sont accueillies par des pays en développement (Liban, BRICS).

Aujourd’hui 1 habitant sur 4 au Liban (pays en développement) est un réfugié syrien.

Contrairement à la France où on ne compte qu’1,50 réfugié pour 10 000 habitants.

Ces chiffres obtenus par Le Monde contredisent l’idée que les pays développés correspondaient aux principaux pôles d’immigration.

 

Margaux, Noémie & Maëly

Pour écrire cet article nous nous sommes aidé des sources suivantes : Presse / radio / TV / site d’information

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser HTMl pour enrichir vos commentaires HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>