Écrit en rapport avec Mode d'emploi 2014, RESSOURCES, Vivre dans une société plurielle

La tolérance est un terme très vaste qui suscite beaucoup de débats. Elle signifie selon notre point de vue l’acceptation de l’autre quel qu’il soit, ou bien le fait d’ignorer les différences même si nous les désapprouvons.

Dans nos sociétés occidentales la tolérance est une valeur partagée. Cependant les gens intolérants existent, on ne peut le nier. Mais doit-on les tolérer, et alors ouvrir la porte à encore plus d’intolérance, ou alors les médire de la même manière qu’eux le feraient avec des personnes différentes d’eux? Faut-il alors faire sienne cette déclaration d’Hippolyte Taine: N’ayez d’intolérance que vis-à-vis de l’intolérance ?
Tout dépend peut-être du « degré » d’intolérance. Il semble évident que l’intolérance active est inacceptable : on ne peut laisser une personne homophobe être violente envers un homosexuel, tout simplement car il est interdit d’être violent envers quiconque. Mais au nom de la liberté de pensée, on ne peut pas lui interdire de trouver l’homosexualité contre-nature. Tolérer ce type de pensées peut amener à les banaliser, sinon à les encourager, et à créer une société où chacun se déteste sans l’avouer et donc, en quelque sorte, se tolère. Tolérer, ce serait supporter sans se respecter.
Doit-on alors agir face à l’intolérance? Doit-on empêcher les gens de nier l’égalité, quitte à restreindre la liberté de pensée ? Les tolérer ne reviendrait-il pas à considérer la tolérance comme le signe d’une impuissance politique?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *