Écrit en rapport avec Mode d'emploi 2014, ARTICLE, Débats citoyens

Vendredi 21 novembre 2014 les élèves de première du lycée Xavier Mallet se sont rendus à Saint-Étienne. Au lycée Fauriel, ils ont assisté à une conférence assurée par Daniel Soulié, un archéologue et historien de l’art du musée du Louvre. Il a présenté plusieurs lieux et projets dont deux musées à l’architecture singulière, que nous allons étudier plus en détails.

 

Deux architectes, deux sites à revaloriser

 

Liebesking est un architecte américain, auteur du musée juif de Berlin composé d’une forme peu commune, tandis que Franck Gehry, d’origine canadienne, a signé le musée d’art moderne et contemporain de Bilbao. Le musée juif de Berlin représente deux milles ans d’histoire des juifs d’Allemagne. Il a été construit en 1989. Aujourd’hui il est le troisième musée le plus fréquenté d’Europe. Le musée d’art moderne de Bilbao en Espagne est sorti de terre à la fin des années 1990 et fut ouvert au public en 1997. Il se situe sur la côte nord, dans une ville industrialo-portuaire tombée en déshérence. L’industrie de la ville s’affaiblissant, les pouvoirs publics décident donc d’investir dans la culture. A Berlin c’est presque le même déroulement, le musée est situé à Kreuzberg un quartier de Berlin-est, quartier turc et aussi zone frontalière avec le mur. Il a lui été construit pour moderniser la ville afin que l’architecture attire la population.

 

Des formes et des volumes qui tranchent avec l’environnement urbain

 

A Bilbao, pour pouvoir investir dans la culture les dirigeants prennent contact avec New York et Guggenheim. Guggenheim est lui aussi un musée emblématique, à l’architecture audacieuse avec une rampe que l’on descend au cours de la visite. Les dirigeants de Guggenheim veulent un beau bâtiment à Bilbao et prêtent donc des œuvres pour qu’elles soient exposées en Espagne. Le musée est un bâtiment avec des successions de formes et d’ouvertures, l’architecture typique en titane dessinée par Franck Gehry. En Allemagne le musée qui représente l’histoire des juifs est lui en forme d’étoile de David décomposé qui est une partie du sujet de l’exposition présente à l’intérieur. Nous pouvons voir là, une comparaison entre ces deux musées assez sensible car ils ont tous les deux des formes peu communes. Liebeskind a imaginé une particularité à l’entrée de son musée. Il est composé de deux parties, à gauche la visite du musée et à droite une pièce toute noire représentant la mort, en mémoire de la Shoah.

 

Des musées qui deviennent des symboles

 

Aujourd’hui le musé de Bilbao est visité par beaucoup de touristes. En 2007 il attire 1 million de visiteurs, mais cependant ils visitent le musée mais ne se rappellent plus des œuvres qui le composent tellement son architecture est surprenante. Le musée de Liebeskind lui, attire 700 000 visiteurs par an mais il est devenu symbole de la ville comme à Bilbao. Daniel Soulié a ainsi montré que ces deux musées sont victimes du succès de leur architecture, qui éclipse les œuvres d’art qu’ils abritent.

Article rédigé par Coline Barbe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.