Écrit en rapport avec Mode d'emploi 2014, Babel est notre refuge, ARTICLE

http://crdp.ac-paris.fr/parcours/fondateurs/index.php/category/babel

A l’origine, la Tour de Babel est un épisode de la Bible, de l’Ancien Testament et l’histoire de cette tour est une des plus anciennes, celle de la Genèse. Les hommes ne parlaient qu’une seule langue. Ils  voulurent construire une tour, si haute, qu »elle leur  permettrait d’atteindre Dieu, d’être Dieu. Pour les punir de leur orgueil, Dieu a donné un langage différent à chacun d’eux. Car conquérir le ciel ne peut se faire dans la négation de l’Autre. La construction s’est arrêtée car les hommes ne se comprenaient plus. Ils se sont dispersés et la tour s’est écroulée.

On pense ici au Petit Prince d’Antoine de Saint Exupéry, pour qui « le langage est source de malentendus », source donc  d’incompréhension, de conflits et de violence dès lors qu’on se heurte à l’altérité. Sartre disait aussi « L’enfer, c’est les autres », nous nous retrouvons enfermés dans l’idée que l’Autre se fait de nous, dans les stéréotypes.

Pour la philosophe indienne Gayatri Spivak,  le langage est une réalité très présente, fondamentale. Il diffère selon les cultures et il permet de se mettre d’accord sur de nombreux sujets, de « déconstruire », c’est-à-dire remettre en question,  réinterroger  ce qui a été construit et dont nous n’avons pas forcément conscience. C’est la « déconstruction » dont nous parle le philosophe Derrida. Elle permet de prendre conscience de la nécessité d’aller vers l’Autre…et de découvrir l’Autre à partir de son vécu.

La morale de Babel serait pour nous, de notre petite tour, en tant qu’individus, d’essayer d’avoir un regard critique sur le monde qui nous entoure…

Arthur et Janick

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.