Écrit en rapport avec Mode d'emploi 2014, ARTICLE, La fascination de l'impossible la tentation de l'aventure

       Différentes manières de faire la guerre ?

On définit la guerre comme un conflit armé, remplaçant le dialogue entre des Etats, des peuples. On peut cependant comprendre la guerre différemment, comme la présente la Mars Society, c’est-à-dire un défi pour se développer, et exposer sa puissance. Le but de la conquête spatiale est exactement celui-ci, en ce sens, elle serait donc un autre façon de faire la guerre. De plus, aussi longtemps qu’on le sache, les guerres ont toujours existé ; ne pourrions nous donc pas la « remplacer » par la conquête spatiale si le but humain est le même -car les conséquences sont, en revanche, bien différentes ?

La conquête spatiale et la guerre froide

 

La conquête spatiale a débuté dans le contexte de la guerre froide, opposant les États-Unis et l’URSS. Cette « course à l’espace » concernait toute forme d’exploration, elle débuta avec les satellites, culmina par l’envoi d’humains sur la Lune. Cette véritable lutte de puissance est un exemple de situation où la conquête spatiale remplaça de nombreuses possibilités de se battre armé.

La conquête spatiale de nos jours

Aujourd’hui les deux États ne sont plus en conflit sur ce sujet, mais l’on voit apparaître différentes puissances émergentes dont le développement de programmes spatiaux semble être encore une fois un outil pour leur placement sur la scène internationale. Prenons l’exemple de la Chine qui fut longtemps exclue de la Station Spatiale Internationale (ISS), et qui refusa récemment de s’y joindre, préférant développer sa propre station (prévue avant 2022).

Au Moyen Orient, les Emirats Arabes Unis (EAU) ont annoncé le 18 juillet 2014 qu’ils prévoyaient le lancement d’une sonde pour Mars d’ici 2021. Ce projet est pour le pays une façon de se placer parmi leurs pays voisins mais aussi, et surtout, d’acquérir un prestige au niveau international. De plus les EAU veulent montrer leur intérêt pour les ambitions scientifiques concernant l’humanité, plutôt que pour leur activité dans le pétrole, simplement économique.

Cependant, toutes ces guerres de pouvoir ne sont pas irrémédiables. Les États-Unis et l’URSS l’ont montré en mettant fin à leur course effrénée, lorsque les deux États collaborèrent dans la mission Apollo-Soyouz en 1975, puis dans la Station Spatiale Internationale en 1993. On note néanmoins que cette cohésion reste fragile, comme nous le démontrent les Russes en menaçant de quitter l’ISS en 2020 suites aux sanctions prises contre Moscou et la crise ukrainienne. La Chine qui souhaite avancer seule dans l’espace utilise tout de même des équipements russes et base son développement sur les progrès technologiques que les autres nations ont rendus publics.

Le 9 janvier 2014 eut lieu le forum international de l’exploration spatiale. Lors de cette conférence, le secrétaire d’État adjoint américain William J. Burns définit les grandes lignes à venir, mettant en avant l’union des efforts de différentes agences spatiales nationales.

Les États seraient donc sur la voie de la collaboration ? Et cet effort ne serait-il ensuite pas applicable à l’échelle de la planète Terre, pour la paix notamment ? Cela pourrait suffire à persévérer, sans la condamner …

Membres de l’expédition 21 dans le laboratoire Colombus à bord de l’ISS (Wikimedia Commons)

 

 Les classes de l’option astro-philo du Lycée Charlie-Chaplin (Décines)

2 Réponses à “Dire que la conquête spatiale est une autre manière de faire la guerre, est-ce forcément la condamner ?”

Trackbacks/Pingbacks

  1.  Dialogue dans l’espace | Villa Voice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.