Écrit en rapport avec Mode d'emploi 2014, RESSOURCES, Pourquoi la philosophie raconte-t-elle des histoires ?

Amélie et Gabriel, Le voyageur perdu dans la forêt, Descartes

Eléments figuratifs Signification
Voyageurs perdus dans une forêt Ne pas savoir, ne pas avoir la connaissance
Voyageurs hésitant, qui va à droitepuis à gauche Douter, Incapacité de faire la différenceentre les possibilités qui se présentent à l’homme
Ne pas changer d’avis, mêmeS’il relève du hasard Ne pas changer à cause du doute de soi, se faire confiance et continuer à agir
Même s’ils n’arrivent pas où ils désiraient,Ils peuvent toujours s’en sortir Notre libre arbitre peut toujours nous amener à une situation meilleureRésolution

Résumé :

Grâce à cette histoire, Descartes nous met en garde contre les dommages que peut créer le doute sur les actions des hommes. Pour illustrer cela, il imagine des voyageurs perdus dans une forêt et ne sachant pas quelle direction choisir car la connaissance qu’ils ont de la forêt est insuffisante, ils doutent puisqu’ils sont dans l’incapacité de faire un choix entre les possibilités de sortie qui leurs sont proposées. Alors que s’ils avaient fait le choix de suivre leur libre arbitre en ne prenant qu’une seule des directions qui leur étaient proposées, de la considérer comme unique issue pour sortir de la forêt, ils pourraient plus rapidement en sortir. En effet, Descartes nous dit que lorsqu’on est dans l’incapacité de faire la différence entre deux ou plusieurs propositions, il faut faire appel à son libre arbitre, même lorsque l’on n’accorde vraiment aucune vraisemblance ou préférence raisonnée à une possibilité plutôt qu’à une autre. Le fait de choisir au lieu de douter apparaît donc comme une résolution aux problèmes qui se posent à nous. Grâce à notre libre arbitre nous trouvons une issue (comme pour les voyageurs) ou une réponse qui aura le mérite de nous amener à une situation meilleure.

Descartes choisit de nous raconter l’histoire des voyageurs perdus dans la forêt dans le but de nous aider à nous représenter la notion de liberté d’indifférence. En effet, l’explication de certaines notions, du fait de leur complexité, peut se révéler très ardue, voire impossible. Ici, le libre arbitre est mis en situation avec les voyageurs, de façon à ce que nous visualisions plus facilement le concept pour mieux le comprendre. En plus de divertir en exposant cette fiction, Descartes nous explique les conséquences du mauvais usage du libre arbitre sur les hommes et nous encourage, à l’avenir, à déterminer nous-mêmes librement des réponses ou issues à nos dilemmes, en cultivant notre persévérance et notre résolution. La force de la volonté vient ainsi pallier le défaut de connaissances.

Liens :

http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-descartes-sur-table-14-voyageur-egare-cherche-moral

http://caphi.univ-nantes.fr/Dans-le-milieu-d-une-foret-Essai

http://www2.cndp.fr/revuecphil/noteslecture/2012-03_01.htm

http://www.philolog.fr/descartes-la-morale-provisoire-discours-de-la-methode-iii/

 

Mathilde et Jessim, Le voyageur perdu dans la forêt, Descartes

Par cette histoire, Descartes présente un homme perdu, indécis en l’absence de connaissance, dans un milieu hostile, sans repère.

Le voyageur manifeste son absence de repère dans un milieu inconnu, le doute l’envahit peu à peu, c’est-à-dire le fait de ne pas savoir quel choix faire afin de prendre la meilleure décision possible pour trouver l’issue de la forêt. Le manque de connaissances et de repères stimule la réflexion c’est à dire pousse à réfléchir dans l’espoir de trouver une réponse. Le doute entre plusieurs décisions peut servir à prendre du recul sur la situation afin que le choix soit déterminé. Mais ici, il est contreproductif car il a pour conséquence le fait de changer de direction, de ne pas aller au terme d’une décision avant d’essayer une autre solution. Cela condamne à ne tirer aucun enseignement de la première solution testée. Descartes fait évoluer le personnage en faisant apparaitre son envie de s’en sortir c’est-à-dire sortir du doute et de l’indécision en faisant un choix et en s’y tenant. Le personnage démontre alors sa volonté de s’en sortir en faisant un choix et en se persuadant que celui-ci est le bon.

L’auteur nous démontre qu’un homme sans connaissance peut être efficace grâce à sa volonté, comme dans le texte où le voyageur prend la décision d’adopter une certaine direction et de s’y tenir.

Lorsque nous n’avons pas les connaissances requises afin de prendre une décision, nous devons nous persuader que notre choix est celui à suivre et par cela éliminer le doute qui nous envahissait. De cette façon, nous pouvons enfin agir et en retirer quelque chose.

 

Kenza, Le voyageur perdu dans la forêt, Descartes

Dans ce texte, Descartes développe l’idée de l’action de l’homme ignorant, qui doit se résoudre à agir s’il veut s’échapper de son problème. En effet, le voyageur égaré doit persévérer dans son action, puisque cette persévérance est la seule solution à son problème pratique et renoncer à cette persévérance dans l’action serait renoncer à la solution elle-même. Sans connaissances, le voyageur ne doit pas se lancer dans une direction puis abandonner et recommencer, mais il se doit de ne pas être inconstant. Entre assiduité et inconstance, Descartes valorise l’assiduité. En effet, cette assiduité montre la détermination que l’homme a pour aboutir quelque chose. Dans ce texte, Descartes cherche à mettre en évidence la capacité de l’homme à faire des choix, c’est à dire, le libre-arbitre. La notion de libre-arbitre désigne le pur pouvoir de choisir, c’est à dire de déterminer ses actes. Or, si les voyageurs ne se décident pas à emprunter un chemin, la notion de libre-arbitre pourrait être remise en question puisque ceux-ci ne profitent pas de leur faculté à choisir par eux-mêmes, ce qui les conduit à l’irrésolution, au doute. Même si le doute fait partie de l’homme et est tout à fait normal, il est considéré ici comme quelque chose qui fait reculer l’homme là où il devrait pourtant avancer. En effet, même si l’homme doute, il ne devrait pas reculer devant ses choix, mais affirmer sa liberté en choisissant une direction à prendre. Ici, Descartes met en évidence le fait que l’homme, en raison du manque de connaissance, n’arrive pas à se décider face aux nombreuses possibilités qui s’offre à lui. Si les voyageurs égarés se décidaient plus rapidement à s’engager dans une direction, ils pourraient sortir beaucoup plus rapidement. Or, en raison du doute qu’ils éprouvent, ceux-ci restent plus longtemps et laissent le temps passer, s’exposent à des dangers en attendant de trouver une solution.

Dans ce texte, Descartes cherche à montrer aux lecteurs que le doute est un sentiment naturel chez l’homme,  mais qu’il peut également poser problème. Il cherche à instruire le lecteur en racontant des histoires afin de lui apprendre ce qu’il peut faire dans certaines situations.  En effet, la philosophie ne raconte pas seulement des histoires pour divertir, mais également pour instruire et donner des conseils, comme le fait Descartes dans ce texte.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.