Le droit de vote des femmes en Arabie Saoudite.

Ceci est un article. Par Immersion des lycéens dans le monde politique Terminale ES/L / Lycée Marcel Gimond / Aubenas

Projet : Le bureau des idées / Mode d'emploi lycées


En 2011, en Arabie Saoudite, le Roi Abdallah a accordé le Droit de vote aux femmes. Ces dernières, si elles ont fait des études supérieures, deviennent également éligibles aux élections municipales. Ainsi, en 2015, elles ont pu se présenter devant les urnes pour la première fois. Cependant,« considérées comme mineures, elles ne peuvent exercer ces droits qu’avec l’autorisation de leur mari ». On peut donc se demander si le droit de vote accordé aux femmes en Arabie Saoudite est une réelle avancée démocratique ?

     Pour la première fois de l’histoire, les femmes saoudiennes deviennent « citoyennes »   Le droit de vote leur est accordé le 25 septembre 2011 et elles peuvent enfin voter pour la première fois le 12 décembre 2015 lors des élections municipales . Ce droit de vote semble symboliser une nouvelle ère  pour elles. En effet, en juin 2018, l’autorisation de passer le permis de conduire est accordé aux femmes. Depuis cette date, au moins 50 000 femmes auraient saisi cette opportunité. De plus, l’espace public saoudien s’est progressivement ouvert à la mixité. Hommes et femmes peuvent assister ensemble à des manifestations culturelles ou sportives sans être séparés. Suite à la Loi accordant le droit de vote aux femmes, un programme de réformes économiques et sociales, «Vision 2030», est lancé par le gouvernement en 2016. Ce programme vise à développer le rôle des femmes dans l’économie. On peut constater une avancée vers ce programme avec la nomination de Sarah al-Souhaïmi à la présidence de la bourse saoudienne

Malgré ces évolutions pour les femmes en Arabie saoudite,ces dernières ne sont pas poussées à aller voter et à s’émanciper.

https://www.youtube.com/watch?v=6b719_q33mo

   En effet, durant la première élection en 2015, sur 4,5 millions d’électrices potentielles, seulement 132 000 étaient inscrites sur les listes électorales. De plus, avant 2018, les femmes ne pouvaient pas se déplacer seules pour aller voter et devaient demander à leur mari de les amener. On se demande alors si l’enchaînement de ces actions positives tel que le droit de vote ne seraient pas là pour «maquiller» la réalité de la vie des femmes, encore victimes d’un esclavage moderne?  On peut constater que ce manque de libertés pour les femmes est encore présent, notamment avec l’histoire de  Malak-al-Sherhi . Cette jeune femme avait postée en 2016 sur Twitter une photo d’elle sans son voile dans une rue de Ryad, elle avait alors reçu une vague d’insultes et de menaces de mort et avait été arrêtée par la police pour « violation des moeurs ».

   Le droit de vote des femmes n’est peut être, en réalité, qu’une autorisation que les hommes font aux femmes sans les laisser libres pour autant. Le Roi d’Arabie saoudite n’aurait, selon certains, accordé le droit de vote aux femmes que parce qu’il était sous la pression du Printemps arabe. cette pression était accentuée par le fait que l’Arabie saoudite était le dernier pays au monde à ne toujours pas avoir accordé ce droit à ses citoyennes.

      Au final, le vote des femmes en Arabie saoudite pourrait être considéré comme une avancée démocratique. Or, le statut de la femme citoyenne n’est pas totalement pris en compte contrairement à celui des hommes. Ce pays reste dans l’attente de changements culturels qui pourraient prendre encore plusieurs générations.

 

 

 

Ressource-s liée-s à l'article :

Mots-clés : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser HTMl pour enrichir vos commentaires HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>